Mom’Artre, le réseau des artistes entre en scène!

 

 

Budget serré, horaires décalés, baby sitter à payer : Le projet Môm’artre est né d’un besoin ressenti par les familles urbaines, et plus particulièrement par les familles monoparentales et/ou à horaires décalés. En 2001 Môm’artre est une association locale du 18 ème arrondissement de Paris qui offre un mode de garde, destiné aux enfants de 6 à 11 ans, abordable et global offrant des tarifs adaptés aux revenus de tous et aux horaires d’ouverture élargis. Aujourd’hui, ce sont treize antennes réparties dans toute la France et référencées sur le site de Parents solos et Compagnie.

Une rencontre avec Bénédicte Frossard, responsables des antennes parisiennes et Cécile Decognier, directrice adjointe du réseau national a permis de mieux comprendre cette démarche originale.

 

L’art au service de l’épanouissement des
enfants

Au delà d’un mode de garde adapté aux horaires des parents, l’originalité de Mom’Artre est de s’appuyer sur la pratique artistique pour développer la créativité des enfants. “Ainsi souligne Cécile Decognier, à Mon’martre, les salariés ne sont pas des animateurs avec des compétences artistiques, mais bien des artistes formés à l’animation”. Entre deux périodes de vacances, de un à trois projets selon la taille de l’antenne sont proposés aux enfants qui choisissent dans lequel ils préfèrent s’investir. A la veille des congés scolaires, un « vernissage », temps fort de rencontre entre les familles permet aux parents de prendre connaissance du travail de leurs enfants.

 

La mixité sociale au coeur du projet

On pourrait croire avec ce type de programme que ce mode de garde est réservée à des familles des classes aisées. Loin s’en faut: les couts varient de 0,10 cts à 10 euros de l’heure. ” L’enjeu de la mixité sociale et culturelle, des revenus, des compositions familiales est au fond du projet explique Bénédicte Frossard. Quand on s’installe dans un territoire plutôt habité par des classes populaires, on va faire de la promotion auprès des plus aisées pour leur présenter le projet. Et on fait l’inverse quand on arrive dans un territoire plus favorisé“. On retrouve cette logique dans la participation aux sorties culturelles familiales.

 « Pour une sortie au musée, on va tout faire pour convaincre les familles qui sont les plus éloignées de ces pratiques, et on s’arrange toujours pour avoir un public mixte socialement ».

 

Reconnaître les parents
Ce sont les enfants mais aussi leurs parents qui sont accueillies dans les antennes. Avec le souci de les accompagner par une écoute active, des orientations sur des services en fonction des besoins, une adaptation de la structure si nécessaire. « Il est arrivé raconte Cécile Decognier qu’une maman, à cause d’une séparation et d’une perte d’emploi passe d’un tarif 6 dans une famille bi-parentale à un tarif 0 en étant parent solo. On s’est adapté financièrement en temps réel ». L’enjeu est de s’inscrire dans du collectif, tout en reconnaissant les besoins de chacun. “C’est clair pour tous les parents. Si sur une liste d’attente il y un parent solo, quand une place se libère, elle est pour son enfant.”


L’animateur Papillon

Comment réussir à répondre aux besoins sans stigmatiser ? A les connaître sans interroger ? D’abord par l’approche globale éducative prônée par Mom’artre. Si on pense que le parent est un partenaire éducatif, alors il faut établir des relations avec lui. D’où l’importance des vernissages, des sorties familles temps qui permettent des discussions informelles. Ensuite avec une approche spécifique de l’accueil des parents le soir quand ils viennent chercher les enfants. Ils peuvent discuter avec l’animateur qui a suivi les devoirs ou celui qui était sur le projet artistique. Et puis il y a l’animateur « papillon », fonction occupée à tour de rôle par les membres de l’équipe. Le papillon est à l’écoute du parent, répond à toutes ses questions et entend, si c’est nécessaire, toutes ses préoccupations.

On pourrait en dire beaucoup plus sur un projet éducatif qui renouvelle l’éducation populaire, s’appuie sur les pédagogies de la coopération et de l’émancipation et de l’approche positive. Et nous sommes très contents à Parents solos et Compagnie que Mom’artre rejoigne le réseau avec toutes ses antennes présentes aujourd’hui à Paris, Nantes, Marseille et Arles. Une prochaine ouverture est prévue à Argenteuil dans le val’ Oise. ..On lui souhaite beaucoup de succès